© 2017 Musée du Louvre / Philippe Fuzeau
© 2017 Musée du Louvre / Philippe Fuzeau
© 2017 Musée du Louvre / Philippe Fuzeau
© 2013 Musée du Louvre / Antiquités orientales
dos, verso, revers, arrière © 2013 Musée du Louvre / Antiquités orientales
dos, verso, revers, arrière © 2013 Musée du Louvre / Antiquités orientales
détail © 2013 Musée du Louvre / Antiquités orientales
© 2010 Musée du Louvre / Antiquités orientales
© 2017 Musée du Louvre / Philippe Fuzeau
© 2017 Musée du Louvre / Philippe Fuzeau
© 2017 Musée du Louvre / Philippe Fuzeau
© 2013 Musée du Louvre / Antiquités orientales
© 2013 Musée du Louvre / Antiquités orientales
© 2013 Musée du Louvre / Antiquités orientales
© 2013 Musée du Louvre / Antiquités orientales
© 2010 Musée du Louvre / Antiquités orientales

statue

Date de création/fabrication : Romain Impérial (-63 - 324)
Lieu de découverte : Syrie
Œuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée par l'office des biens privés ; en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. Consulter la base de données ministérielle Rose Valland consacrée aux œuvres dites MNR (Musées nationaux récupération).
Numéro d’inventaire
Numéro principal : AOR 10
Autre numéro d'inventaire : AO 29407

description

Dénomination / Titre
Dénomination : statue
Description / Décor
sculpture ; buste = torse

Précisions sur l'objet : Fragment de sculpture représentant une partie d'un buste acéphale, drapé. Il a été réutilisé dans le sens vertical pour un relief montrant une tête d'homme barbu.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 34 cm ; Largeur : 23 cm ; Epaisseur : 17 cm ; Poids : 14,74 kg
Matière et technique
Matériau : marbre
Technique : sculpté

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Romain Impérial (-63 - 324)
Lieu de découverte
Syrie

Données historiques

Mode d’acquisition
attribution par l'office des biens privés (MNR)
Propriétaire
Musées Nationaux Récupération

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé
Dernière mise à jour le 02.03.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances