Richelieu
2 e étage
Galerie Médicis
Salle 801

détail d'Apollon et Minerve
détail de Jupiter et Junon
détail de l'Olympe
détail des Vices
Petrus Paulus RUBENS
Siegen (Westphalie), 1577 - Anvers, 1640

Le Concert (ou Conseil) des dieux pour les mariages réciproques de la France et de l'Espagne, dit autrefois Le Gouvernement de la reine
H. : 3,94 m. ; L. : 7,02 m.

En bas à gauche, traces de la porte donnant sur la terrasse du portique qui ferme au Nord la cour du palais du Luxembourg et borde ainsi l'actuelle rue de Vaugirard. Troisième et dernier grand panneau du fond de la galerie ; placé (à l'origine) à l'angle nord-est, il inaugure la deuxième longue séquence des tableaux (sur le mur de droite dans la présente salle, à partir de l'entrée marquée par les trois portraits du cycle : INV. 1790-1792), séquence qui se laisse toujours lire de la gauche vers la droite en remontant vers l'entrée. À gauche, Jupiter et Junon, déesse du mariage, mettent l'Europe en repos par l'alliance de la France et de l'Espagne - dessein politique cher à la reine - que symbolisent deux couples de colombes, posées sur le globe du monde et reliées entre elles. Parmi les dieux de l'Olympe, la Paix au faisceau de flèches et la Concorde au caducée appuient le projet. Sur le devant, Apollon et Minerve chassent les Vices, et Vénus retient Mars, dieu de la Guerre, qui veut secourir les Furies : la politique matrimoniale de la reine est par définition porteuse de paix.
Département des Peintures
INV. 1780



Contacts | Crédits